Plius

25 février 2016 3 Commentaires

Ne lâche pas ma main ! Michel Bussi

bm_CVT_Ne-lache-pas-ma-main_9877

Soleil, palmiers, eaux turquoise de l’île de La Réunion et un couple amoureux. Cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne au cauchemar. La femme disparaît de sa chambre d’hôtel. Son mari, soupçonné du meurtre, s’enfuit en embarquant leur gamine de six ans. Le plan Papangue, équivalent insulaire du plan Epervier, enclenche une course-poursuite vite ponctuée de cadavres, dans un décor prodigieux et au cœur de la population la plus métissée de la planète.

Un polar qui cogne comme un verre de punch. A déguster vite, fort et frais.

 

Après « un avion sans elle » que j’avais beaucoup aimé, j’espérais ! J’ai bien fait car Michel Bussi sait nous tenir en haleine. Nous sommes plongés au coeur de la Réunion, entre us et coutumes et cette histoire tient la route.  Les personnages sont attachants, les descriptions ne sont pas pompeuses ! On ne s’ennuie jamais. Une écriture fluide, facile d’accès. RAS !

Encore un auteur dont je lirai toutes les oeuvres…   A lire si ce n’est pas déjà fait.

25 février 2016 2 Commentaires

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire ikéa

CVT_Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c_8361

Un voyage low-cost… dans une armoire Ikea! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.

 

Romain Puértolas devait m’embarquer. Cependant, même si c’est agréable à lire, j’ai trouvé que c’était « trop facile » ! On m’avait vanté ce livre alors j’en attendais beaucoup plus. Au début, j’appréciais parce qu’il y avait de l’humour, quelques blagues, du genre « le gardien de la paix Demarbre avait toujours un peu de mal à le rester, de marbre » et les innombrables jeux de mots autour du nom imprononçable du fakir « attache-ta-charrue ou je-chante-dans-la-rue ou… » Les problèmes actuels sont évoqués (immigrés, clandestins…) mais il aurait peut-être fallu un peu plus de profondeur… désolée mais celui-ci je ne le conseillerai pas.

22 février 2016 2 Commentaires

ZOOTOPIE

Image de prévisualisation YouTube

 

maxresdefault (1)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Date de sortie 17 février 2016 (1h 48min)
Nationalité Américain

SYNOPSIS ET DÉTAILS

A partir de 6 ans

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque …
Voilà un dessin animé qui régale. Ok, les messages sont là mais cela fait du bien de se l’entendre dire. Les images sont superbes et j’avoue que je ne verrai plus jamais les paresseux du même oeil.
A voir absolument.
17 février 2016 6 Commentaires

Respirer

maxresdefault

Il faut savoir prendre du recul, regarder  plus loin que le poids des choses,

Pour enfin apprécier la vie et en faire autre chose.

Nous ne sommes que de minuscules particules dans l’univers,

Mais qu’importe si vivants nous restons sincères.

Quelques soient les événements, recto noir ou verso blanc,

Imaginons-nous autrement que méchants.

Assise, là sur un banc à regarder les étoiles,

Je respire et enfin j’ose lever le voile.

Les toiles d’araignées disparaissent aux quatre coins de ma tête,

Laissant entrer le soleil, tes paroles et mes risettes.

Tes mots mettent du rose sur mes joues,

Plus jamais je ne veux vivre  à genoux.

Que les maux disparaissent et la pluie aussi.

J’ai trouvé l’oxygène tout au fond d’un puits.

Mes poumons ont  à nouveau forme humaine,

La tête dans les nuages, je suis mienne.

Il n’est plus rien qui ne m’appartienne.

De toutes les tentations, je choisis la vie.

Campée sur mes deux pieds,  j’exprime mes envies.

Mon coeur bat la chamade.

Je finirai sur cette tirade.

 

 

 

 

 

15 février 2016 2 Commentaires

Carol

téléchargement   images

Genres DrameRomance

SYNOPSIS ET DÉTAILS

Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.
Le film est tiré du roman du même nom de Patricia Highsmith qui a été publié en 1952. Même s’il est aujourd’hui considéré comme un chef-d’oeuvre, cet ouvrage a d’abord été publié sous le nom de Claire Morgan, l’un des 40 pseudonymes inventés par Patricia Highsmith tout au long de sa carrière. La raison ? Il s’agit d’une œuvre sur une relation lesbienne dont la thématique et le message vont à l’encontre des valeurs propres à la société américaine des années 1950. Lors de sa sortie, « Carol » a connu un grand succès à la fois commercial (1 million d’exemplaires vendus) et critique (l’auteur s’est rendue compte via de nombreuses lettres à quel point la communauté lesbienne avait apprécié le livre).
Carol a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2015 et a obtenu les récompenses suivantes : la Queer Palm et le Prix d’interprétation féminine pour Rooney Mara.
De par la relation taboue entre Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan et Carol, femme séduisante prisonnière d’un mariage peu heureux, le réalisateur Todd Haynes voulait capturer le climat social des années 1950. Une période d’après guerre durant laquelle la société tolérait mal la différence.
Un sujet dont on parle plus librement de nos jours et heureusement…. Traité ici avec beaucoup de pudeur. Cate Blanchet est toujours aussi convaincante. Un film qui ne se raconte pas mais qui se regarde, au calme…tolérance quand tu nous tiens !
A voir.
1...34567...194

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885