Archive | Poésie Flux RSS de cette section

21 avril 2015 2 Commentaires

Une vie

678b5607

Aura-t’on assez de toute vie pour s’exprimer ?

Allez butiner dans le champ d’à côté et chanter  à la lune si le coeur nous en dit ?

Sommes-nous  à ce point épris de liberté,

Qu’imaginer sans vivre et juste frôler, nous enverrait au royaume des maudits ?

Je ne suis qu’une bulle de savon, fragile mais gracile qui vole sans raison,

Vers un ailleurs qui aurait le parfum des roses et le goût sucré du miel.

Je ne suis qu’éphémère, et pourtant je chante des chansons,

Qui donnent chaud au corps et nourrissent d’un espoir artificiel,

L’encoignure de vos lèvres et les rides de vos yeux rieurs.

Je ne suis qu’un souffle sur votre vie espérant des jours meilleurs.

27 février 2015 3 Commentaires

Le ressac,

ressac

Être comme le retour violent des vagues contre l’ obstacle.

Croire que son coeur va mourir parce que c’est la débâcle,

Des sentiments,  comme une  valse qui vous emporte,

Des petits pas, qui vous enlacent et vous escortent.

 

Être comme le ressac, inlassablement,

Se heurter aux rochers, péniblement.

Croire que la vie n’est que tourments,

Quand pour d’autres elle chante gaiement.

 

Être bousculée au plus profond de son âme,

Vivre sa passion comme d’autres un  drame,

Ne plus croire en vous Madame,

Et de tout faire un amalgame.

 

Être chahutée, bouleversée, tomber à genou

Avant que de comprendre qu’on peut survivre à tout.

Puiser au fond de soi, l’étincelle de vie,

Se dire que rien n’est jamais vraiment fini.

 

Être comme le retour violent des vagues contre l’ obstacle.

Lutter, encore et encore, il n’y aura pas de miracle.

Serrer dans ses bras, un bonheur indécent,

Pour n’avoir que des souvenirs et bannir les regrets finalement.

 

24 février 2015 6 Commentaires

La Confiance

confiance

C’est pouvoir se regarder au fond des yeux en se disant je t’aime,

Suivre l’autre, paupières clauses, sans  dilemme.

Prendre sa main où qu’elle nous emmène,

Tel le  funambule, accepter une vie de bohème.

 

La confiance, c’est aller dans la même direction

Malgré les vents contraires et les saisons.

C’est être l’épaule des matins malheureux,

Et les tendres câlins des jours heureux.

 

La confiance c’est quand ma raison me souffle non

Et que mon coeur n’écoute pas la chanson.

Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais,

Pour que tu ne t’inquiètes jamais.

 

La confiance c’est te laisser entrer dans mon coeur,

Prendre toute la place avec  bonheur,

Un total abandon, je crois en toi plus qu’en moi-même,

On peut parler de foi, sans faire de blasphème.

 

Si un jour, elle vient à s’émousser,

S’il te plait rattrape là, ne la laisse pas s’en aller,

Elle est le ciment de notre forteresse,

Je n’aimerais pas qu’elle s’affaisse

la-confiance-300x253

6 février 2015 5 Commentaires

Les amoureux

amour2

Les amoureux n’attendent rien de la Saint Valentin.

Tous les jours ils lisent dans les yeux de l’autre leur destin.

Les amoureux savent bien qu’un sourire est un cadeau,

Ils savent dire les mots qu’il faut.

Les amoureux jamais ne tremblent car leur Amour les réchauffe.

Sur leurs épaules, ils n’ont besoin d’aucune étoffe.

Les amoureux sourient béatement au temps qui passe,

Car c’est ensemble que goulûment la vie  ils embrassent.

Les amoureux savent que les caresses ont un gout de miel,

Et que leurs sentiments n’ont rien d’artificiel.

Les amoureux savourent chaque moment passé ensemble,

Car en pensant  à l’avenir souvent ils tremblent.

Si seulement la passion pouvait durer dans le temps,

Ils seraient soulagés l’espace d’un instant,

En se criant qu’ils s’aiment au firmament,

L’Amour devrait durer éternellement.

 

 

 

25 janvier 2015 0 Commentaire

Jouer n’est pas tuer

téléchargement (2)

Jouer, forcer ses doigts à  monter encore et encore ce clavier comme d’autres des échelles.

Avoir mal aux poignets mais ne pas faiblir et jouer encore plus fort.

Transpirer de rage dans son corps mais ne jamais faiblir.

Touches blanches ou moires, à l’assaut jamais je ne flanche.

Quelques soient les notes, faire sortir de cet instruments des sons qui me parlent, comme un dialogue déchaîné entre deux personnes consentantes qui voudraient avoir le dernier mot.

à moi les quadruples croches, les sextolets et les appoggiatures.

Enfin tous ces ornements qui  en harmonie chantent la mélodie… J’use de la trille car je retrouve dans les demi-tons ce petit air slave que j’apprécie tant.

Je me concentre et je lutte contre l’écriture folle de Bach, de Liszt ou de Schubert.  Avec Mozart, l’air est enjoué mais n’enlève rien  à la complexité.

La musique est un sport qui demande de l’endurance et de la volonté aussi. Ingrat parfois quand d’un jour  à l’autre je trébuche là où hier encore je sautillais sans faillir.

Sans être virtuose, vouloir se faire plaisir avant tout. Chanter si le coeur nous en dit.  Créer et sur la partition écrire ces petits signes qui feront le morceau. Raturer encore et encore jusqu’à trouver la note juste. Travailler toujours plus pour finalement atteindre le plaisir. Celui de jouer juste et bien en place…même si la perfection n’existe pas, essayer de s’en approcher…rien qu’une fois.

1...45678...39

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885