Archive | Poésie Flux RSS de cette section

30 octobre 2012 1 Commentaire

La Confiance

La Confiance dans Poésie la-confiance-300x253

La confiance, c’est se regarder au fond des yeux en se disant je t’aime,

Suivre l’autre, paupières clauses, sans dilemme.

Prendre sa main où qu’elle nous emmène,

Tel le funambule accepter une vie de bohème.

La confiance, c’est aller dans la même direction

Malgré les vents contraires et les saisons.

C’est être l’épaule des matins malheureux,

Et les tendres câlins des jours heureux.

La confiance c’est quand ma raison me souffle non

Et que mon coeur n’écoute pas la chanson.

Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais,

Pour que tu ne t’inquiètes jamais.

La confiance c’est te laisser entrer dans mon coeur,

Prendre toute la place avec tant de bonheur,

Un abandon total, je crois en toi plus qu’en moi-même,

On peut parler de foi, sans craindre le blasphème.

Si un jour, elle vient à s’émousser,

S’il te plait rattrape là, ne la laisse pas s’en aller,

Elle est le ciment de notre forteresse,

Je n’aimerais pas qu’elle s’affaisse.

29 octobre 2012 0 Commentaire

Il n’y a plus de saisons…

Il n'y a plus de saisons... dans Poésie automne2-51x150printemps2-54x150 dans Poésieete2hiver2-54x150
dessins de Loïc Chatel
galerie Loïc Chatel

C’est l’hiver depuis qu’il est sorti de sa maison.

Sur le paillasson, il a laissé ses chaussons,

Comme d’autres leur cœur quelque soit la saison.

Le soleil brûle sa peau mais il ne ressent plus rien.

Chaque jour qui passe aura maintenant la couleur de la nuit,

Même ouverts, ses yeux seront aveugles à la lumière.

Tout à l’odeur du grand vacarme, tellement de bruit…

Ses poings resteront fermés, eux qui ouvraient le chemin,

D’un Éden où la pâquerette côtoie le chardon,

La rose, le liseron.

Son esprit a hissé le drapeau rouge sang,

Image désolante d’un bonheur désespérément absent.

Pourtant, un petit bout de son âme appelle encore au secours.

Il se débat et la tête lui fait mal.

S’engage alors la guerre des sens, dans ce petit être en souffrance.

Qui du démon ou de l’ange…

Il perd la raison.

Comment, pourquoi?

Il n’y a plus de saisons.

26 octobre 2012 0 Commentaire

Voler en éclats…

Voler en éclats... dans Poésie seul-au-bords-du-gouffre_small-300x300

Mes pieds jouent à apprivoiser le vide.

Envie de sauter, sans savoir pourquoi.

Aucune appréhension, aucune peur.

Mes sens m’abandonnent,

Serait-ce la fin?

Je me penche.

Encore quelques centimètres et je ne serai plus rien,

Qu’une empreinte sur le béton avant que ne vienne la pluie.

Les yeux hagards, perdue dans le vide de ma mémoire.

Que reste-t-il encore à sauver?

La solitude colle à ma peau comme votre pire ennemi.

J’avais envie de vous et voulais tout,

Mon appétit torrentueux m’a égarée.

Je ne suis plus qu’un squelette aux bras nus,

Le vide a fini par combler mon être et j’ai chu.

J’entends déjà le bruit de mon atterrissage insensé.

Les os brisés, le corps explosé, est-ce que ça fait mal?

Rassure toi mon coeur, l’assaut sera bref,

A peine le temps d’un soupir…

Il est bien mort le désir.

25 octobre 2012 0 Commentaire

Angoisse

Angoisse dans Poésie oeil-200x300

Une paire de lunettes sur la table, un impair sur la chaise.

Des souliers abandonnés au milieu de la pièce.

L’air est lourd et tout est trop silencieux.

Le parquet ne craque pas sous mes pas, le chat ne miaule pas.

La lumière est tamisée car le soleil joue à cache cache derrière les volets.

Pourquoi les avoir fermés?

J’avance sur la pointe des pieds, j’ai peur de ce que je vais trouver.

Là, elle a laissé son foulard jaune poussin sur le canapé rouge sang,

Plus loin, son sac à main tel un filet de pommes de terre devant la porte de sa chambre.

Elle semble l’avoir jeté là, négligemment et cela ne lui ressemble pas.

J’ose encore un pas et c’est le téléphone qui me surprend.

Il sonne à perdre haleine et va crescendo.

Je lui avais pourtant conseillé de changer de sonnerie, elle est bien trop stressante.

- Choisis une mélodie et je te l’importerai lui avais-je à nouveau proposé ce matin.

Rien ne bouge, le temps paraît suspendu aux battements de mon cœur qui vont calendo.

- Hélène? murmuré-je d’une petite voix.

- C’est moi, tu es là? Je peux entrer?

Je n’ose penser au pire, elle est là étendue sur le lit.

Je risque un pas, encore et je tends le bras.

Faites qu’elle respire…

Mes doigts vont effleurer sa peau quand soudain

Elle se retourne et éclate de rire .

- Bon anniversaire, tu vois, je n’ai pas oublié!

Elle rayonne et moi, aussitôt je lui pardonne.

25 octobre 2012 0 Commentaire

Aimer encore

Aimer encore dans Poésie pegaser

Partir, mais aller loin, sans se retourner, jamais.

N’avoir aucun regret mais mes rêves de grandeur.

J’irai rencontrer le bonheur partout où il me recevra.

Et, qu’importe le temps qu’il faudra pour que mon âme l’assiège.

Je me suis trompée tant de fois que la source de mes larmes s’est tarie.

Dans mon cœur, ne restent que les cendres de mes amours blessées.

Un bûcher rougeoyant, des grincements de dents.

Mais il est des conquêtes que rien n’arrête et qui font tout oublier.

Pégase regarde-moi, je peux encore voler.

1...3536373839

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885