Archive | Poésie Flux RSS de cette section

10 juillet 2019 1 Commentaire

Boum Boum !

3200223049_1_2_aATkh5xX

Humeur-d-Ame – Skyrock.com

Il se prénomme douceur, miel sur mes tartines et  coton sur ma joue.

Il enrobe de sucre tout ce qu’il touche et me couvre de bisous.

C’est une renaissance, mon corps qui s’ouvre à la vie.

Du parfum sur mon cœur, un petit grain de folie.

Je cherche sa voix et je comprends ses mots,

Lui qui dit m’aimer bien après zéro.

Il est une rencontre que je garderai éternelle,

Je me noie au fond de ses prunelles,

Mes bras se pendent  à son cou

Et  ma bouche est  à son goût.

L’Amour paraît si simple, même quand tout se complique.

Il faut que je vous explique.

Quand le cœur bat très fort et que l’on a chaud,

Que viennent  des papillons dans le ventre et des frissons sur la peau,

Vous êtes condamnée !

Quand vous bafouillez, rougissez, en perdez votre latin,

Que vous criez, riez, pleurez pour un rien,

Alors c’est certain, vous voici condamnée !

Fichue, foutue….

Vous l’aimez… pour de vrai (comme disent les enfants)

 

 

 

30 juin 2019 1 Commentaire

Abandon

images

T’abandonner finalement c’était comme m’abandonner.

En finir avec le désir, l’envie, l’interdit.

Te refuser finalement c’était comme me refuser,

Un bonheur tout en rondeur, tout en douceur.

Te renier finalement c’était comme me renier.

Une évidence  et la fuite en avant.

De quoi avais-je donc si peur ?

D’aimer, de me laisser glisser ?

De ne plus m’appartenir ?

Et au final, qu’ai-je obtenu ?

Un rictus  à la place d’un sourire,

Des larmes qui font la pluie sur les matins chagrins ?

Qu’ai-je obtenu ?

Rien !

Rien, sinon la perte de mes sens.

Et mon corps reste sec, mon cœur muet.

J’ai perdu le goût d’aimer.

15 mai 2019 0 Commentaire

Oublier

10216620-le-petit-prince-et-nous-la-redaction-se-souvient

Peut-on vraiment oublier ? Tout oublier ?
Et faut-il oublier ?
La vie est comme un tricotin qui sait où il commence mais jamais quand il finit.
Il peut être de toutes les couleurs, tant qu’il reste harmonie.
Les teintes du bonheur, donnent à l’ensemble un goût de miel.
Les pigments sombres entachent l’ouvrage, faisant fuir le soleil.

Alors faut-il vraiment oublier ?
Ne peut-on laisser le temps magnifier l’ouvrage ?
Plutôt que de toujours ressasser,
Avancer pieds nus sur cette longue plage?
Vers un avenir que l’on souhaite heureux,
Dans un esprit de paix et de conquête si savoureux.

Je veux garder le meilleur, faire fi de mes doutes,
Me déshabiller et le corps vierge avancer sur cette route
Qui me rapproche chaque jour un peu plus de l’émerveillement.
Sans oublier le passé, je veux continuer et avancer vraiment.
On peut être heureux plusieurs fois dans une vie,
Le bonheur existe, je l’ai rencontré !

11 mai 2019 0 Commentaire

Ma vie m’appartient

arbre-de-la-vie-1

Se lever un matin et constater que les nuages ne sont plus bleus,

Et que la couleur des roses n’a plus de parfum.

Se coucher tard parce que le sommeil n’est plus heureux,

Et que dormir ne me donne plus faim.

Sauter, danser, courir pour éloigner le démon,

Des jours anciens qui sonnent la déraison.

Je ne veux pas vivre si jamais ne m’épanouis.

Je suis tel le cocon ou encore le bouton floral qui s’ouvre  à la vie.

Curieux de chaque seconde car ignorant ce que sera demain,

Je bouscule tout sur mon chemin.

Pourquoi être sage et docile si j’ai envie des flammes ?

Comment être heureuse si je ne suis que la moitié de moi-même?

Je veux toucher les étoiles et mettre un diadème,

Qui scintillera sur mon cœur de femme.

L’Amour transporte ou  crucifie,

Fait désordre ou magnifie !

Mais qu’importe s’il  fait voyager.

Il n’y a que les sots pour croire qu’il est parfait.

Car tumultueux, sauvage et indomptable il demeure.

Surprenant, passionnant , redoutable , tout sauf amateur.

Ma vie m’appartient et je ne laisserai  plus jamais personne me l’imposer.

 

 

29 janvier 2019 0 Commentaire

Entre nous

 

images

Et je sais que dans ma tête c’est déjà l’été,

Les lampions et le quatorze juillet.

Dans mon cœur, le bruit d’un feu d’artifice,

Des lumières qui dansent et le goût des délices.

Je me suis enfuie de cette cage aux saveurs amères,

Pour me réfugier auprès de ton âme si légère.

Je n’ai pas peur des jours à venir, de ton absence, de mes désirs,

Je n’ai que l’envie d’être tienne et de nous faire plaisir.

Chaque mot, chaque pensée, traverse mon être infiniment,

Je m’en délecte et prends tout mon temps.

J’ai trouvé mon rocher, ma montagne, l’endroit où reposer.

Comme cela fait du bien de pouvoir enfin respirer,

Sans gêne et sans regret, juste envie d’avancer.

De projets sommes assaillis, c’est notre secret,

… juste entre nous.

 

12345...38

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885