Archive | Mes livres préférés! Flux RSS de cette section

15 février 2014 2 Commentaires

Le Mythe d’Orphée – le griffon d’or – Philippe Schiari

41K0pQjc3pL._SS500_

RESUME :   4em de couv :

Stelvia est une jeune avocate genevoise comblée par la vie. Passionnée par son métier, follement amoureuse de son mari et entourée de l’indéfectible amitié de son amie d’enfance Laura, elle cultive passionnément son bonheur.

Mais un jour, lors de la visite d’un chantier naval, son mari meurt dans un incroyable accident et sa vie s’écroule.

Toutefois, elle se convainc peu à peu qu’il existerait quelque part sur la planète un passage pour aller le chercher en Enfer.

A Londres, Aline est l’agente d’une organisation secrète millénaire dont le but est de trouver le passage pour le boucher et reléguer ainsi à jamais les forces du Mal dans les profondeurs.

Toutefois, seule une personne agissant par amour peut trouver l’entrée du passage. Dès lors, Aline et son organisation vont manipuler Stelvia pour qu’elle les mène au passage.

Leur allié le plus précieux est Tirésias, un transfuge de l’Enfer, qui, sans pouvoir franchement leur révéler l’emplacement du passage va les aider en semant des indices à travers toute l’Europe.

Le premier indice, récupéré à Francfort dans des circonstances extraordinaires, lancera Stelvia, Aline et Laura dans un grandiose jeu de pistes, parfois fausses, qui les conduira de Nancy à Naples, en passant par Jérusalem et Prague.

Mais pour entrer aux Enfers, Stelvia doit non seulement trouver l’entrée, mais encore, d’une part, s’en procurer la carte, qui serait, dit-on, gravée sur de la peau humaine et conservée depuis des siècles dans une abbaye du Sud de l’Irlande, et d’autre part identifier son adversaire au moyen de symboles transmis par Tirésias.

Si Aline comprend qui sera l’adversaire de Stelvia dans les Enfers, la carte elle, demeure introuvable et selon une légende locale, le passage ne serait ouvert qu’une seule fois par an pendant une heure. et c’est …. dans quelques jours !

 

 

Je viens de finir ce livre, écrit par un Suisse, Philippe Schiari. Je ne connaissais ni le livre, ni l’auteur mais le sujet me plaisait. Parfois, il faut suivre son instinct. J’ai adoré ce livre. Un suspens qui vous embarque de la 1ere  à la dernière page. Une belle écriture. J’ai aimé sa manière de décrire, les personnages, les paysages, les événements…Bref, je vous le recommande. Au début cela m’a rappelé les thanataunotes de Werber et puis très vite…on est parti ailleurs. Parler de ce qui se passe après la mort n’est pas un sujet facile. Il a été traité bon nombre de fois. Mais ici, la religion, les sectes, la vie, la mort….on en parle, on partage au travers de 2 femmes complètement différentes, agissant pour des causes opposées …un livre généreux. Franchement, un grand bravo.

 

Il y aura une suite. J’attends de savoir quand.

26 juillet 2013 1 Commentaire

Voyage au bout de la nuit par Céline

Voyage au bout de la nuit par Céline images1

Description de l’ouvrage

Date de publication:  1932 |
«- Bardamu, qu’il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n’en dis pas de mal !… – T’as raison, Arthur, pour ça t’as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d’opinions, ou bien si tard, que ça n’en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres ! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C’est lui qui nous possède ! Quand on est pas sage, il serre… On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger… Pour des riens, il vous étrangle… C’est pas une vie… – Il y a l’amour, Bardamu ! – Arthur, l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité moi ! que je lui réponds.»
Je n’ai pas lu Céline, je l’ai écouté! Et comme il est écrit dans un  langage parlé avec un peu d’argot, bien m’en a pris.
Ce fut grâce  à la voix de Denis Podalydès! Quelle voix…il m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière ligne, le dernier mot et j’aurais voulu que cela ne s’arrête jamais! Quel voyage ou plutôt quelle errance…
Un héros qui détruit tout ce qu’il touche, qui refuse l’idéalisme,  le bonheur…comme si c’était une maladie! Un héros qui se complet dans la lâcheté. Une véritable critique du monde d’alors aussi (la guerre, les colonies, le début des constructions en séries au USA….)
Une autre époque en d’autres lieux…
20140274.jpg-r_120_160-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

J’aurais voulu écrire les mots…il est des livres qui marquent le coeur, celui-ci en fait partie.

Citations : 

« Ne croyez donc jamais d’emblée au malheur des hommes.Demandez-leur seulement s’ils peuvent dormir encore ? … Si oui,tout va bien. Ca suffit.  »

« Ce monde n’est qu’une immense entreprise à se foutre du monde.  »

« Etre seul, c’est s’entraîner à la mort.  »

« Tout est permis en dedans.  »

« Presque tous les désirs du pauvre sont punis de prison.  »

« Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment.  »

« L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches.  »

« La médecine, c’est ingrat. Quand on se fait honorer par les riches, on a l’air d’un larbin ; par les pauvres, on a tout du voleur.  »

« Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imaginationTout le reste n’est que déceptions et fatigues.  »

« Il n’y a pas de vanité intelligente.  »

« La beauté, c’est comme l’alcool ou le confort, on s’y habitue, on n’y fait plus attention.  »

« Une ville sans concierge ça n’a pas d’histoire, pas de goût, c’estinsipide telle une soupe sans poivre ni sel, une ratatouille informe

« L’amour c’est comme l’alcool, plus on est impuissant et saoûl et plus on se croit fort et malin, et sûr de ses droits.  »

 

« Si les gens sont si méchants, c’est peut-être seulement parce qu’ils souffrent.  »
Sur cette dernière citation, je rajoute  que  j’ai pardonné leurs méchancetés.
6 juillet 2013 1 Commentaire

Chrysis par Jim Fergus

Chrysis  par Jim Fergus fergusla-chrysis-d-identite-de-jim-fergus_chronique_landscape_pm_v8-300x199

 

Résumé FNAC

Paris, 1925. Gabrielle “Chrysis” Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à L’Atelier de Peinture des Élèves Femmes de L’École des Beaux-Arts, pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de George Braque. Exigeant, colérique, cassant, Humbert, âgé de 83 ans, règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes. Mais malgré toute son expérience, il va vite se rendre compte que Chrysis n’est pas une élève comme les autres.
Précoce, volontaire, passionnée et douée d’un véritable talent, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu privilégié et un monde de l’art où les hommes jouissent de tous les privilèges. Elle ne tardera pas à se perdre dans les plaisirs désinvoltes et à devenir l’une des grandes figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des années folles. C’est là qu’elle va rencontrer Bogey Lambert, un cow-boy américain sorti de la légion étrangère, avec qui elle va vivre une folle histoire d’amour.

Dans un préambule émouvant, Jim Fergus nous raconte une histoire personnelle très forte liée à l’une des œuvres de Chrysis Jungbluth, peintre tombée à tort dans l’oubli. C’est cette histoire qui l’a mené à s’intéresser à la vie de cette artiste. Après de longs mois d’enquête, il a réuni un bon nombre d’éléments biographiques qui lui ont permis de romancer le destin bouleversant de cette héroïne passionnée et passionnante, à une époque unique de l’Histoire du XXe siècle, où tout semblait permis.

Jim Fergus est né à Chicago en 1950 d’une mère française et d’un père américain. Il vit dans le Colorado. Chrysis est son quatrième roman, après Mille femmes blanches (le cherche midi, 2000, vendu à près de 400 000 exemplaires en France), La Fille sauvage (le cherche midi 2004) et Marie Blanche (le cherche midi, 2011, 40.000 exemplaires).

 

Un auteur que j’aime énormément. La description des lieux, des personnages vous place au coeur de l’événement. Avec des mots simples comme des images. Une histoire d’amour emprunte d’interdits…dont la fin n’est pas celle que l’on attend…un livre  à lire sans attendre. encore un!

6 juin 2013 4 Commentaires

Le 5em Règne par Maxime Chattam

Le 5em Règne par Maxime Chattam 51cf4t1m50l._-182x300

Sinopsis :

Ils sont cinq adolescents emmenées par Sean-le-rêveur. Des gamins sans histoires. Ils vivent à Edgecombe, une petite ville de Nouvelle-Angleterre bordée de forêts séculaires. Il ne s’y passe pas grand chose, jusqu’au jour où ces cinq-là trouvent un vieux livre dans le grenier poussiéreux des grands-parents de Sean. La tempête aurait dû les avertir, ils auraient dû se douter que ça n’était pas bon signe. Mais ils l’ont ouvert. Et le Mal est apparu !
D’abord les yeux rouges et menaçants, tapis dans les recoins sombres de la ville, ensuite ces hommes au charisme effrayant, semblables à des vampires. Et puis il y a ces enfants qui disparaissent inexorablement, les uns après les autres. On ne retrouve que leurs corps mutilés. L’automne se profile, les orages se multiplient, tandis que Sean et ses amis cherchent dans le grimoire une solution à cette terreur qui s’abat sur Edgecombe.

Et si ce livre détenait la réponse au plus grand mystère de l’Homme… ? Ce qui se cache après la mort… Et s’il ne fallait en aucun cas tourner ces pages… ? Et si..

Le premier roman de Maxime Chattam ! Une ode à l’adolescence qui rend hommage à Stephen King et Mark Twain. Un thriller qui cultive le mélange des genres : roman à suspense et fantastique. Cet ouvrage a reçu le prix du roman fantastique du festival de Gérardmer.

Comme j’aime mélanger les genres, je suis revenue  à Maxime Chattam. Un roman qu’il publie sous un pseudo pour finalement le ressortir quelques années plus tard sous son nom d’auteur. Bien lui en prit. Comme toujours, il tient en haleine le lecteur..jusqu’au bout! à force de lire les romans d’un même auteur, on retrouve des expressions, une façon de nous promener au fil des pages…mais c’est bien agréable. Celui-ci je l’ai écouté en audio-livre et les bruitages ont accompagné l’histoire de belle façon!

Un livre  à mettre dans vos mains….

 

26 mai 2013 2 Commentaires

Merci Clara

 

Merci Clara 51bt5FNWRWL._SL500_

Chez Clara, beaucoup de conseils de lectures, de films, de chansons… très personnels et elle assume cela très bien.

J’ai acheté le livre de Patrick Ness : »QUELQUES MINUTES APRES MINUIT » et grand bien m’en a pris!

C’est un livre « jeunesse » mais c’est plus que cela! Un livre à mettre en toutes les mains.

Quand un être vous manque, tout est dépeuplé….comment palier, l’absence, comment combattre la peur?

Je vous mets le lien de Clara,   LIEN        afin de pouvoir aller lire son résumé.

Les images font de ce livre un livre merveilleux. Qui n’a pas rencontré « le monstre » lors d’un cauchemar endormi ou tout éveillé?

Un livre où l’on a mal mais qui finalement fait du bien!

Bonne lecture,  Charlotte.

 

Sinopsis :

Depuis que sa mère est malade, Conor redoute la nuit et ses cauchemars. Quelques minutes après minuit, un monstre apparaît, qui apporte avec lui l’obscurité, le vent, les cris. C’est quelque chose de très ancien, de sauvage même. Le monstre vient chercher la VERITE!

 

12345...30

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885