Archive | livre Flux RSS de cette section

30 mars 2020 2 Commentaires

Et au milieu coule un secret suite

Caroline, nouvelle maîtresse des lieux peste et s’insurge.  

« Les pages sont illisibles au troisième chapitre et je n’arrive plus à lire cette histoire d’une certaine Emma que je ne connais pas mais qui m’attendrit déjà. Une cinquantaine de pages qui demeurent blanches malgré mes suppliques.  

J’ai trouvé cette petite boîte sous les toits. Je viens d’emménager et j’ai gardé tellement de souvenirs qu’il m’a fallu monter dans le grenier afin de voir si je pouvais les y entasser. 

C’était tout poussiéreux alors j’ai commencé par balayer. Et c’est dans un coin, cachée sous les débris et les toiles d’araignées que je l’ai trouvée. Elle était fermée à clef. J’ai eu un moment d’hésitation. L’impression de trahir un secret peut-être ? 

Je ne pensais pas si bien dire. 

Pourquoi l’avoir laissé là ? Combien d’années se sont écoulées ? Renferme-t-il des billes, un lingot, des papiers importants ? Révèle-t-il un trésor caché ? Ai-je le droit de l’ouvrir ? Dois-je en avertir le notaire afin qu’il le remette aux anciens propriétaires ? En quelques instants, je me suis transformée en une petite fille très excitée, emplie de curiosité. 

Je me suis rendue dans le salon. J’ai composé le numéro de téléphone de l’agence notariale quand un détail me revient. Il n’y a aucun héritier et la vieille dame a demandé que l’intégralité de la vente soit reversée à une association dont le nom m’échappe à cet instant précis. J’ai donc raccroché et n’y tenant plus, j’ai brisé la serrure. Elle n’était pas bien solide. Le coffre en métal a rouillé et les bosses sont nombreuses. Heureusement le contenant a été protégé, enroulé dans un sac. 

Découvrant un paquet de feuilles pliées en deux, j’avoue avoir été déçue dans un premier temps.  

Cela ne dura qu’une demi-seconde. À peine avais-je entamé la lecture que je décidais, intriguée de ne plus m’arrêter avant la fin. 

Trois chapitres. Seulement trois chapitres puis un saut dans l’histoire de quarante ans. « Comment vais-je recoller les morceaux ? Qu’ai-je manqué ? À peine commencé-je à plonger dans les années folles que oups, plus rien ! 

Moi, qui adore cette période me voici frustrée. Je tourne et je retourne les feuilles. Rien avant de repartir en 1970 ! J’essaie tous les subterfuges possibles et imaginables supposant une encre invisible. La chaleur d’une flamme, du vinaigre, un jus de citron, un oignon. Rien n’y fait. Cette encre n’a rien de sympathique. Quel révélateur pourrait m’aider ? Même en transparence, aucun mot n’apparaît.  

Faisant contre mauvaise fortune, bon cœur, Je décide de lire la suite après m’être préparé un bon thé. Pour moi le meilleur est celui que l’on nomme Oolong. Son oxydation imparfaite entre thé noir et thé vert, en fait un breuvage aux multiples propriétés. Il stimule le métabolisme, réduit le cholestérol et aide aussi un peu je l’avoue pour la perte de poids. Je déteste que les petits bourrelets s’installent surtout après la cinquantaine. 

Je m’appelle Caroline mais les amis me surnomment Caro comme toutes celles qui portent le même prénom. Ce n’est pas original. Mais, à mon âge, je ne vais pas changer les choses. Je n’attache pas d’importance à ce qui n’en a pas. Un prénom est choisi par ses parents et qu’il plaise ou non, c’est celui que vous portez durant toute votre vie. Mon amie Corinne que je surnomme Coco se fait appeler Léa et c’est comme ça ! Étant un peu rebelle, je continue de l’appeler Coco et je ne crois pas qu’elle m’en veuille. Connaissant son caractère, elle me l’aurait dit depuis longtemps. Parfois, les diminutifs n’ont pas de rapport. J’ai connu une Ludivine dite Lulu, un Nicolas que l’on appelait Coco, une Camille que sa mère surnommait Caca et elle détestait cela. Ce que je peux comprendre même si c’était avec beaucoup d’humour. Eh bien moi, c’est Caro et cela me va. Je n’ai pas d’enfant parce que cela devait certainement en être ainsi. J’ai connu la passion, le désarroi, des hauts et des bas…tout ce qui fait une vie et je ne m’en plains pas. Mon existence est riche d’un tas d’événements et de rencontres aussi. Alors, découvrir un coffret dans lequel il y a une histoire me sied à ravir. 

Dans la salle à manger, .je choisis mon compagnon de toujours, un fauteuil club qui m’accompagne depuis plus de trente ans. L’assise et le cuir s’étant ramollis, il est devenu plus douillet. Ma tasse de thé trône sur le petit guéridon. Je jette un œil à la fenêtre. Il pleut. Le doux cliquetis des gouttes d’eau m’encourage, résonnant comme une musique de fond. Ma concentration est à son maximum. Emma, j’arrive. Je viens à ta rencontre, espérant bientôt connaître la raison de ce recueil. Je replonge dans les années soixante-dix. Tu as maintenant cinquante ans passés. Vais-je réussir à faire le lien ? Ces pages blanches me torturent. Qu’ai-je manqué ? Je chausse mes lunettes. Ma curiosité est à son comble. 

-Je n’ai pas écrit dans ce que je considère comme mon journal depuis bientôt quarante années et nous serons bientôt en 1970. J’ai du retard à rattraper. Pour l’instant, à cinquante ans passés, je baigne dans la folie des sixties ! Moi la petite institutrice, je n’en crois pas ni mes yeux, ni mes oreilles.  

Je vous raconterai peut-être dans quelques pages le pourquoi de cette longue absence.  

Mille fois j’ai failli revenir mais je n’étais pas prête.  

Aujourd’hui, le monde est en ébullition.  

Si les tensions internationales et les révoltes sont nombreuses, la période demeure heureuse. On a mal commencé avec le mur de Berlin, le décès de Marylin puis celui des Kennedy ou encore de Martin Luther King. Le Viêt Nam, Cuba, Prague, l’Algérie. L’arrestation de Nelson Mandela. Un nouveau pape. La période semble révolutionnaire dans tous les domaines. L’agriculture, la religion, les étudiants, le droit des femmes. On marche sur la tête mais également sur la lune. Et, on danse au festival de Woodstock.  

Le monde réclame la paix et la dénucléarisation.  

La télévision est en couleur. Elle compte deux chaines. Les nouvelles traversent les océans et les continents presqu’à vitesse réelle. Et moi, Emma qui suis avide d’apprendre, je regarde où va le monde. Les ravages de la seconde guerre mondiale semblent peser un peu moins lourd, même si parfois l’annonce de la capture d’un officier SS ravive les souvenirs avec douleur.  

J’enseigne toujours ; mais j’ai migré en Bretagne. Au départ ce ne fut pas chose facile. Mais je peux dire aujourd’hui que les chapeaux ronds m’ont adoptée. Je suis restée en Ille et vilaine. J’ai connu différents établissements. Des petits villages où les classes étaient jumelées, aux villes plus importantes comme Fougères ou Vitré. J’aime mon travail et il me le rend bien. Avec les années, on m’a confié la direction de certaines écoles. Ce fut un plaisir. Les enfants sont incroyables. Il faut parfois faire acte d’autorité, mais la majorité a soif d’apprendre et, c’est pour moi un régal de participer à leur éveil. J’essaie de rendre mes cours dynamiques, participatifs et motivants. Qui nourrira le poisson cette semaine ? Qui fera des recherches sur les feuilles des arbres ou sur Charlemagne pour la prochaine leçon ?  

J’ai gardé le système des bons points et des images. Les enfants ont besoin de motivation et de challenges. Je suis toujours étonnée quand ils viennent au bout de dix bons points chercher une image. Chaque élève passe un temps incroyable à la choisir.  

Il s’agit majoritairement de paysages mais on trouve quelques voitures ou encore des animaux. Le choix des garçons porte sur les automobiles, celui des filles sur les animaux. Les paysages partent en dernier. Pourtant, il me semble bien que si j’étais à leur place mon cœur et mes yeux préféreraient voyager. À la fin de l’année, les images permettent d’avoir un petit cadeau Je récupère donc les trophées pour l’année suivante. Il en manque toujours un peu mais cela me permet d’en commander de nouveaux. Il faudrait que je trouve des inventeurs, des faits historiques. Cela doit certainement exister. J’aimerais tellement que chaque élève puisse gagner une image. Les cancres me désespèrent avec leur regard de chien battu. Alors parfois, j’invente une question faite exprès pour eux, ou je leur donne une image pour toute autre chose. Pas obligatoirement une bonne réponse. Je suis comme ça. Récompenser au mérite me semble juste. Mais encourager est également valorisant et primordial si l’on veut que l’enfant se projette autrement. Certains complexent tellement qu’ils se renferment. Dans la cour d’école Yves ne joue plus avec les autres. Jacques passe son temps à faire des châteaux de sable et Louis joue tout seul avec ses billes. Ils envoient au loin des cailloux du bout de leurs chaussures en gardant tête baissée. C’est pourquoi, pour ceux qui restent effacés au fond de la classe et dont les résultats sont trop moyens, j’essaie d’être à l’écoute. C’est le cas de Georges. Je lui réexplique la leçon pendant la récréation. Je reste à l’étude avec Maryvonne ou encore Florine. C’est le seul moment où la patience ne me fait pas défaut. Parfois, la raison de mauvais résultats est ailleurs, au sein du foyer. Un parent trop violent, absent, ou encore alcoolique. Mon travail devrait s’arrêter à la porte de l’école car je sens le danger. Ramener tous ces problèmes à la maison me gangrène au quotidien. Je respire école, je mange école, je dors école…Je vis repliée sur moi-même. Je pourrais m’échapper et vaquer à d’autres activités mais mon passé me colle à la peau. Je me dois d’aider ces enfants. 

Si le monde n’est pas toujours beau, il a pourtant les couleurs de l’arc en ciel. Constamment il oscille entre le clair et le foncé pour virer finalement au gris. Et c’est à cela que ressemble mon existence. Enfant je nourrissais des rêves en pagaille, tous plus grands les uns que les autres. En grandissant je les ai revus à la baisse. Non pas que mes exigences envers la vie s’étaient amoindries, mais parce qu’au regard de la réalité, cela me semblait impossible. J’y aurais laissé mes ressources, et je déteste perdre des batailles. 

Mes armes sont inoffensives ; mais grâce à elles j’ai souvent gagné la guerre. De bien petites en vérité, mais une médaille reste une médaille. Je me souviens de cette volonté qui tant de fois vint à mon secours devant certaines difficultés. Alors que je pensais être face à une montagne, je me découvrais des forces cachées. Pour le sport par exemple. Je ne faisais pas partie des meilleures mais grâce à elle, je trouvais la force d’aller jusqu’au bout. Je peinais pour la vitesse, je me dépassais en endurance. Cela me sauva même la vie en quarante. Quant à mon impatience, d’aucun considère que c’est un défaut. Moi, ce fût ma chance. J’avais horreur d’attendre, et c’est toujours le cas. Si elle ne m’avait pas poussé à désobéir pendant la guerre, je ne serais peut-être pas devant cette feuille de papier aujourd’hui.  

J’avais l’habitude d’aller chercher le lait à la ferme et ce jour-là, Rémi, le fermier n’était pas prêt. J’enrageais car j’avais rendez-vous avec mon amie Géraldine qui habitait à l’autre bout du village. Alors, j’ai laissé mon petit pot tout en me disant que je reviendrais plus tard. Je n’ai jamais revu Rémi. La milice était passée, embarquant avec elle toutes les personnes présentes dans la cour ce jour-là. Je n’ai jamais raconté cela à quiconque. Je ne savais que trop bien ce qui avait pu leur arriver. J’en eus d’ailleurs confirmation plus tard. Dans notre petit village, nous vivions relativement tranquilles même si certaines denrées se faisaient rares. Nous étions bien plus chanceux que les gens de la ville qui eux, n’avaient ni potager, ni animaux. Les allemands étaient de l’autre côté de la seine, sur la rive gauche. Le pont de Courcelles avait subi des « pétardages » mais l’ennemi traversait par bateau. 

J’ai fait quelques recherches après la guerre. Comme toute institutrice, je trouvais important de pouvoir argumenter les leçons. Ce que j’ai trouvé concernant Gaillon, la ville la plus proche m’a effrayée. À quelques kilomètres de chez moi, on enfermait les gens dans une bastille. On les torturait et quand ils n’étaient pas passés par les armes, les envoyait mourir dans des camps…Je ne regarderai plus jamais le château du cardinal Georges d’Amboise de la même manière. Je l’ai en horreur. Et ce ne sont pas les nombreuses expositions venant célébrer l’art qui me ramèneront à lui. 

La période est pour moi un cauchemar sur lequel il faudra que je revienne si je veux me libérer de mes peurs nocturnes et de ma profonde tristesse. Je refuse de voir un médecin et de lui donner la clé du secret que je renferme depuis tant d’années.  

Je suis revenue vers toi cher journal…donne-moi un peu de temps encore. 

La guerre d’Algérie ne me laisse pas de bons souvenirs non plus ! Mais, quel combat pourrait être source de joie sinon pour celui qu’il libère ? 

Je me souviens d’un réel mouvement de décolonisation un peu partout. L’Algérie réclamant elle aussi son autonomie. Huit ans d’une lutte acharnée en ont découlé. Alors que le gouvernement annonce « une simple opération de maintien de l’ordre », l’opposition est réelle entre réformistes et nationalistes. Une véritable guérilla s’opère alors. L’armée française gagne la guerre mais l’opinion internationale et métropolitaine ne lui est pas favorable. Divisé politiquement, le gouvernement fait appel au Général de Gaulle mais la IVème république sombre. Le FLN (front de libération nationale) intensifie les attentats. Ici en métropole personne ne sera pas épargné. Alors, les gens commencent à se mobiliser pour la paix. Il nous tarde car l’OAS (organisation de l’armée secrète) ne cesse de multiplier les attentats aveugles. C’est une fuite en avant meurtrière et désespérée.  

Le trois Juillet 1962 sera une libération pour tous.  

Le bilan humain est très lourd. Le retour au pays difficile. Les horreurs décrites par certains sont réelles et en deçà de la réalité. Par pudeur, ils n’osent tout révéler. Enfouie au plus profond, la violence pénètre leur inconscient. Les cauchemars sont leur quotidien. J’ai écouté des amis raconter l’horreur de la guerre mais je suis incapable d’imaginer le fardeau que cela doit être gravée à jamais dans leurs sombres souvenirs. La plus petite évocation faisant jaillir les larmes. Les mots engendrent des maux et une colère loin d’être salvatrice. Durant cette période j’ai beaucoup lu la presse. Les témoignages requis par la suite étaient bien pires que ce que racontaient les journaux. 

Je me souviens avoir fait la connaissance, il y a quelques mois d’un jeune homme qui allait rejoindre la Bretagne et plus particulièrement Quimper au beau milieu du Finistère. Les événements de 68 avaient rendu Paris invivable.  

 Il s’appelle Roger Rose. J’ai écouté son histoire des heures durant. Il avait vingt-trois ans quand on l’a envoyé en Algérie en mai 1958. Il y est resté jusqu’au 26 Avril 1959 à 12 heures 04 ! Un fellaga a dégoupillé une grenade juste devant lui avant de la lui jeter au visage. 

Rapatrié en urgence, un chirurgien a reconstruit sa mâchoire sans pouvoir enlever tous les éclats qui avaient pénétré la chaire. Une prothèse lui a permis de garder figure humaine. Je ne peux cher journal te confier ce qu’il m’a raconté. Quand j’y pense, j’en tremble encore. L’être humain est capable du pire. Pourtant, Roger s’estime chanceux car son grand Amour qui avait promis de l’attendre, a tenu parole. Ils se sont rencontrés à Lille, ville où Roger faisait son service militaire en tant que caporal instructeur dans le 43ème régiment d’infanterie. Elle se nomme Marguerite et est en effet devenue Madame Rose le 16 Juillet 1960. Une histoire de fleurs, puisque l’homme est jardinier de métier.  

À Paris, il a travaillé huit ans au parc Montsouris. La création de ce magnifique jardin ne fût pas des plus aisées mais on ne refuse rien à Napoléon III. Il s’agissait pour l’ingénieur de l’époque, Jean-Jacques Alphand, de transformer une carrière jonchée d’ossements humains et dans laquelle se trouvait une voie ferrée, en un magnifique endroit de verdure  

Le jardin et son lac artificiel virent le jour en 1878.  

Roger me raconta également l’origine de l’appellation du parc. Elle prend sa source il y a bien longtemps, quand les moulins de la Bièvre ne fonctionnaient plus, et étaient habités par des souris et des rats. Le lieu fût alors baptisé « moque souris » avant de devenir Montsouris. J’adore connaître ce genre d’histoires. Pareilles aux fleurs dans un jardin, elles n’apportent rien sinon de l’embellissement !  

Roger est fier de ces grands arbres et notamment du parasol chinois. 

 Hérons, cygnes et canards envahissent le lac.  

En faire le tour est enchanteur.  

L’an passé, il a reçu le louis d’or du jardinage des mains du préfet de Paris et en est très fier.  

Petit à petit le souvenir du commando disciplinaire héliporté auquel il appartenait s’éloigne. Le jardinier se concentre sur l’essentiel. Voir grandir ses garçons Christian et Eric, et pousser ses plantations. Il respire. Et chaque matin, Marguerite qu’il vénère, a droit à sa tasse de café au lit ! 

Lors de notre rencontre, il s’était empressé, sachant que je vis à la campagne de me donner des conseils. 

-L’eau ne doit jamais toucher les tomates. Il faut absolument leur fabriquer un petit toit. Et vous devez avoir des outils performants. Il y a longtemps, j’ai trouvé l’objet magique. Un tournevis dont j’ai tourné la pointe sur quelques centimètres en la chauffant sur ma gazinière. Ensuite, je me suis aidé d’une pince et je l’ai recourbée. Il ne m’a jamais quitté. Et si vous souhaitez éloigner les oiseaux de vos semis, il faut trianguler. Vous faites des triangles avec des bouts de bois et de la ficelle bleue. Oui, le bleu est répulsif pour les oiseaux ! Vous ne le saviez pas ? 

Roger est intarissable. Et sa pointe d’humour n’est pas pour me déplaire. Je ne sais pas si nous nous reverrons un jour, je l’espère » … 

25 mars 2020 2 Commentaires

Voici le 1er chapitre…

« Nous sommes en 1925. Je m’appelle Emma et j’ai dix ans. Je vais à l’école. J’ai une belle blouse noire toute neuve. Je l’adore. Sur mes cahiers, j’ai collé quelques vignettes de La Vache qui rit. J’en mange chaque jour et surtout au goûter entre deux tranches de pain. Je la préfère au chocolat en poudre. De toute façon Christophe Colomb ne l’avait pas apprécié non plus. La maîtresse nous a dit que le chocolat est arrivé à la cour de France en 1615 ! Moi j’aime bien le chocolat mais pas celui de Van Houten. Quelle idée de l’avoir mis en poudre !

Dans ma boite en fer, qui est un peu mon coffre à trésors, j’ai des tonnes de bons points. En gagner dix donne droit à une image et en fin d’année des cadeaux. Je suis une bonne élève. L’an dernier j’ai pu choisir en premier. J’ai pris une trousse rouge remplie de crayons de couleurs.

Je ne suis pas timide et j’ai des amies dans toutes les classes de l’école primaire. Parfois, quand nous ne jouons pas à la marelle ou à chat perché, nous faisons des échanges de vignettes. Surtout, il ne faut pas se disputer sinon la maîtresse nous les confisque. C’est à qui sera le plus persuasif. Je me débrouille pas mal…

J’ai toujours la manie de vouloir « sauver le monde » comme le dit si bien ma mère. Dans la cour de l’école, à la récréation, je viens en aide aux plus petits ou à ceux que l’on ennuie. Comme je suis grande pour mon âge, c’est facile. Je déteste l’injustice, alors parfois cela se termine en empoignade. Et comme toutes les filles ici, nous nous tirons les cheveux. Et quand c’est oublié, nous jouons à la marelle ou à la chandelle. Les garçons ne veulent pas jouer aux billes avec des filles. Ils ont peur, j’en suis certaine.

Chaque matin, maman m’accompagne. On descend la rue du château d’eau, l’école est tout en bas, près de la mercerie où lorsque je suis sage, j’ai droit à quelques friandises. Je sais, cela paraît étrange d’appeler mercerie un endroit comme celui-ci mais, c’est tout simplement parce qu’à ses débuts le magasin ne proposait que des accessoires destinés à la couture. Ma gourmandise préférée est la guimauve. Elle fond dans la bouche et même si elle colle aux dents, le goût est exquis. Parfois, je craque aussi sur les berlingots qui n’auraient jamais vu le jour si à l’époque napoléonienne, une certaine Madame Couët n’avait été généreuse envers la cantinière, qui lui donnera la recette. Je n’ose avouer que j’aime aussi les bonbons Haribo. On nous a expliqué l’origine de ce nom rigolo. Ha pour Hans, Ri pour Riegel et bo pour Bonn. Le créateur et sa ville. Quelle idée de génie. Moi, j’engloutie les ours en gélatine.

J’achète quelques jouets dans la boutique également. Des vêtements pour mes poupées. Des chaussons. Il y a tellement de choses. Du sol au plafond. Une véritable caverne d’Ali Baba.

Pour atteindre les vêtements suspendus tout en haut, les vendeuses prennent une longue perche. Au-dessus du comptoir, elles utilisent une échelle pour descendre les boîtes à chaussures ou autres articles…

Elles ne sont pas drôles ces deux femmes avec leur air sévère. La mère et la fille se ressemblent. L’œil triste, un chignon bien rangé sur le dessus de la tête et des lèvres pincées comme il sied aux méchantes personnes. Une blouse noire qui ne laisse rien voir de leur tenue. A l’école, on les surnomme “les sorcières”. Mais peu m’importe, je trouve toujours ce que je veux dans leur bazar organisé. 

Mon arrière-grand-mère me donne une pièce chaque dimanche en me disant d’en faire bon usage.

« Mais bien sur Mémère, dis-je en lui faisant mon plus beau sourire auquel il manque une dent. »

 Et je lui fais un gros bisou sur la joue pour la remercier. Elle est terrible !

Mémère, Marie de son prénom ; ressemble à une pomme de terre toute rabougrie. Les rides sont partout sur son visage et ses mains. Papa m’a montré quelques photos d’elle plus jeune. Elle était jolie Mémère. Aujourd’hui, j’ai l’impression que chaque jour elle se ratatine un peu plus, s’enfonçant progressivement vers le fond du lit qu’elle ne quitte plus très souvent. La vie l’a usée. Papa m’a expliqué que son métier consistait à prêter ses bras. Elle faisait toutes les petites corvées dans les champs, dans les fermes comme son mari d’ailleurs que l’on surnommait pépère. Ils élevaient quelques volailles, cultivaient un potager, pour se nourrir mais également les vendre. Dans la cuisine, qui était la pièce à vivre, Marie faisait du beurre également après la traite de leurs deux vaches. Elle les amenait chaque jour aux champs. Mon arrière-grand-mère a eu deux chevaux également. Le premier de couleur baie s’appelait Boulot et le second, tout noir, Major. Papa a eu beaucoup de chagrin lorsqu’ils ont emmené Major à l’abattoir. Il n’aime pas en parler Avec tout cela,  oui, à soixante ans, avec sa robe grise, ses collants et son gilet noirs, ses cheveux remontés en chignon, sans maquillage et ses éternelles charentaises, Mémère paraît plus que son âge. Et ce ne sont pas les petites fleurs blanches parsemées sur le tissu de sa blouse qui donnent un sentiment de gaieté ! Heureusement, elle a l’œil rieur et la fossette taquine. Elle est irrésistible et parfois nous fait faire des bêtises. L’autre jour j’ai ri en buvant mon bol de lait car elle a fait une horrible grimace dans le dos de maman. Tout le liquide est passé par mes narines. Maman m’a immédiatement punie en m’envoyant dehors avec sa phrase légendaire : « Va manger des cailloux chez la voisine, tu verras si c’est meilleur ! » Si elle croit que je vais en manger, elle se trompe. De toute façon, je fais moi aussi le clown à chaque fois qu’elle nous sert de la soupe à la betterave ! Je déteste et je préfère être envoyée dehors pour y échapper. Maman ne reste jamais fâchée très longtemps, c’est une chance.

Marie nous lit parfois des histoires que nous écoutons ma sœur et moi religieusement même si elles sont pour les petits. En effet, pour Mémère, il faut une écriture assez grosse afin qu’elle puisse y voir. Même après avoir chaussé ses lunettes rondes cerclées de métal argenté qui ressemblent à des loupes, j’ai l’impression qu’elle est encore dans le brouillard. Très souvent, elle finit par nous parler des images plus que du texte. Alors, on s’invente des voyages extraordinaires, dans des lieux incroyables.

La soirée se clôture par un : « les filles, vous avez une imagination débordante ! ». Hop et au lit.

Cela lui fait tellement plaisir.

Je garde les contes des mille et une nuits à côté de mon lit et je rallume la lampe, une fois que les adultes sont au rez-de-chaussée. J’ai deux tomes. Une couverture rouge en cuir toute bordée d’or, comme j’aime le penser. C’est un livre magique rempli de personnages variés. Le drame rôde à chaque page. Parfois j’ai le sentiment qu’il s’agit davantage d’un livre pour adulte. Autant de raisons qui me font l’apprécier plus encore.

. Mémère a perdu son fils à la guerre mais personne ne le lui a dit pour ne pas lui faire de peine. Son mari est parti avant elle. Elle doit trouver le temps long sans son amoureux. Heureusement qu’elle nous a ! Au début, elle mangeait à table avec nous mais, ses jambes ne sont plus très vaillantes. Le soir, on lui porte tour à tour ses repas. Mais c’est maman qui l’aide pour faire sa toilette. J’aimerais bien lui lire des histoires aussi mais il faut qu’elle se repose.

Ma mère, c’est mère courage. Elle ne se plaint jamais, sourit tout le temps et m’embrasse partout tellement elle m’aime. Papa, c’est pour jouer. Je suis le docteur et lui fais des piqûres parce qu’il a la rougeole ou la varicelle, selon mes envies. Il se laisse faire même quand je lui arrache les poils Parfois, c’est mon bébé et je lui donne le biberon. L’autre jour, il m’a demandé de tenir le tuyau d’arrosage pendant qu’il le démêlait. Je n’ai rien trouvé de mieux à faire que de l’arroser aussitôt. Il ne s’est même pas fâché. Il suffit de lui sourire et sa colère s’envole. C’est un vrai gentil.

Mon père est aussi un grand sportif qui organise des tas de choses pour notre village. Je l’accompagne parfois. J’en suis très fière mais je ne le lui dis pas. Je lui murmure seulement combien il est important dans mon cœur et que de le savoir là m’aide à respirer. C’est un peu mon oxygène.

Une fois, il s’est fâché très fort. Il était en train de bêcher dans le jardin. Il enlevait tour à tour les pierres en les lançant loin derrière lui. Moi, je lisais tout en le regardant du haut des escaliers. Tout à coup, je vis que des cailloux lancés trop à la verticale allaient s’abattre sur son crâne. Sans savoir pourquoi, je n’ai pas pu le prévenir, aucun son n’est sorti de ma bouche. Ce ne fut pas le cas de la sienne en revanche qui jura tant la douleur était vive. Je fus prise d’un énorme fou rire. Comme il me sait coquine, il refuse de croire que je n’y suis pour rien. Il reste persuadé que je les lui ai lancés. Il ne serait pas assez bête pour s’envoyer des projectiles sur la tête !

 

Avec maman, c’est au marché que je préfère aller. Il est formidable, tout en longueur. Le brouhaha qui s’en dégage met tout le monde en émoi. Les rires fusent entre les cris des camelots et ceux des chalands qui essaient de se faire entendre. Mes échoppes préférées sont celles des posticheurs. Ils vendraient n’importe quoi à n’importe qui ! Ils sont bluffants. Des rencontres, des échanges. J’aime être au milieu de tout et de tous et observer ce qui s’y passe.

…………………………………..

 

Je viens de relire ces quelques pages, oubliées dans ma table de nuit depuis bientôt cinq ans.

Nous allons déménager et je te retrouve en faisant les cartons.

J’ai quinze ans.

Je m’aperçois que je ne vous ai pas parlé de ma sœur cher journal. C’est un tort. Je vais immédiatement réparer cet oubli.

Nous sommes très différentes l’une de l’autre. Si on se chamaille souvent, on ne peut vivre l’une sans l’autre trop longtemps. Nous sommes très fortes à la bataille de polochons au grand dam de ma mère qui a vu nos lampes de chevet mourir les unes après les autres. Cela nous a valu quelques corrections bien méritées.

Nous comparions les marques sur notre fessier après le passage de maman, pour savoir laquelle de nous deux avait été la plus sanctionnée. Comme j’étais souvent sur son lit car nous dormions alors dans la même chambre, je n’avais pas le temps de revenir me cacher sous mes draps. J’avoue avoir souvent gagné à ce petit jeu de la fesse la plus rouge !

Ma sœur a toujours été indépendante. Nous jouions parfois à la poupée ou encore à la maîtresse mais aussi chacune de notre côté. Dans le jardin, nous aimions la marelle et un, deux, trois soleil. Je la promenais parfois dans la vieille brouette verte de Pépère. Elle avait des roues de vélo bien gonflées de chaque côté et on faisait la course contre le chien Quelle rigolade ! Maintenant, nous sommes trop grandes pour ces jeux…

Ma cadette a quelques phobies, notamment la peur des araignées. Une raison de plus pour lui faire une mauvaise blague que je vous laisse le soin cher journal d’imaginer

Nous nous entendons mieux aujourd’hui même si parfois, la chipie prend mes vêtements sans me le dire. Elle passe beaucoup de temps à jouer chez ses amies qui adorent la mode, comme elle. Sandrine n’aime pas vraiment l’école même si elle a des facilités. Elle ne sait pas encore ce qu’elle veut faire. Sa passion première consiste à lire tout ce qui se passe aux Etats-Unis. Elle adore la danse, la musique. Je crois qu’elle aimerait s’envoler là-bas. Elle n’a que quatorze ans mais n’a peur de rien.

Nenette, c’est son surnom, est superbe avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus. Un visage d’ange qui lui permet d’obtenir tout ce qu’elle veut.

 

 

Voilà. J’ai évoqué chacun des membres de ma famille.

Je vais continuer à grandir. Finir mes études.

Plus tard, je me marierai et je croirai que c’est pour la vie.

 

Je ne sais pas si je reviendrai ici cher ami te confier mes humeurs. Je parle peu et ne fais confiance qu’à ma famille, tu le sais. Cela m’a fait du bien d’écrire quelques mots.

J’espère que les années qui suivront seront pleine de soleil.

Je te range dans ce carton jusqu’à la prochaine fois. Ne m’en veux pas. J’ai passé l’âge du journal intime, enfin je crois…

 

 

 Ainsi commence le récit d’une femme incroyable qui n’a jamais brisé le silence et dont les premières lignes lues, intriguent au plus haut point la nouvelle propriétaire de la maison d’Emma.

20 mars 2020 1 Commentaire

Mon 4ème roman…en route !

Emma, cela sonne comme une chanson de Nicole Croisille.

« Emma, elle s’appelle Emma, et elle ne sait pas,
Si jamais cœur aimât, aussi fort que toi,
Elle s’appelle Emma… »

Si Emma a beaucoup aimé, elle a également beaucoup reçu.  Aujourd’hui, alors que le souffle de sa vie s’envole vers d’autres cieux, elle se rappelle.

Dans une boîte, cachée au fond du grenier, elle a tout écrit. Les lieux, les dates et même ce lourd secret que jamais elle n’osa révéler sinon à sa mère. Se pourrait-il qu’un jour, quelqu’un ou quelqu’une aille fureter parmi les toiles d’araignées ? Le contenu est tellement plus important que le contenant. Le coffret est fermé à clef. Mais que peut faire une serrure contre la curiosité ?

Elle aimerait qu’il restât là, caché pendant un millier d’années afin que personne ne puisse relier les faits à une connaissance ou un membre de sa famille.

Tout au fond de son lit, elle se surprend à prier. Ses mains se rapprochent et la vieille femme qu’elle est devenue lève les yeux au ciel. Ses lèvres semblent murmurer, elle qui jamais n’a franchi le seuil d’une église, des mots d’espoir suppliants.

— Faites que jamais il ne tombe entre de mauvaises mains. Je veux bien qu’un jour, on dise tout mais pas maintenant, pas déjà.

 

J’espère qu’il sera prêt cet été !

25 juillet 2019 0 Commentaire

J’attaque mon 4em roman. Qu’en pensez-vous ?

Voilà, j’attaque mon quatrième roman. Attention, mon héros est un homme….Voici l’introduction. Et comme toujours, qui m’aime me suive….
 
 
 

-Eh merde ! Je ne bande même plus.

Voici les mots que Luc emploie en ce matin du 17 octobre. Passablement énervé, il se regarde, debout devant une psyché acquise la semaine précédente lors d’une vente aux enchères à Rennes. Il est nu.

-Regarde-moi ces abdos et ces fesses ! C’est mou. C’est flasque. Non, mais qu’est-ce qu’elles me trouvent toutes ? Je me le demande. Un winner ? Çà ?  Dites-moi que je rêve.

 

Sa libido est en chute libre. Il se palpe avec dégoût puis se jette sur le lit et attrape un magazine.

Il fait la une comme souvent depuis plus de 10 ans. Un costume taillé sur mesure à la dernière mode. La chemise ouverte sur un torse à peine velu qui donne envie d’en découvrir davantage. Des chaussures neuves en croco donnant à l’ensemble un air chic et moderne. Les mains dans les poches pour paraître plus décontracté. Les cheveux dans le vent, la mèche rebelle.

Un regard de tueur ! Ses Yeux ? Quelle couleur ? Bleu océan… évidemment.

Depuis une décennie maintenant Luc a le choix. Il se métamorphose tour à tour, en chanteur ou en acteur. Tout lui réussit. Il faut croire que de bonnes fées se sont penchées sur son berceau au point qu’il envisage même de passer derrière la caméra.

Petit déjà il captait l’attention. Nul besoin de parler fort ou de faire des simagrées, il lui suffisait d’être là et de sourire. Le charisme, cela ne s’apprend pas, c’est inné ! On en a ou pas…

 

Nombreux sont les parasites dans son cercle. Pas toujours facile de trier mais Luc est  bien entouré ce qui lui permet de rencontrer les bonnes personnes au bon moment !

Jusqu’à ce jour, il n’avait été qu’insouciance. Quand tout est là, on cède  à la facilité, on devient paresseux…Mais, il est allé trop loin, comme Icare, il s’est brûlé les ailes.

25 février 2016 2 Commentaires

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire ikéa

CVT_Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c_8361

Un voyage low-cost… dans une armoire Ikea! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.

 

Romain Puértolas devait m’embarquer. Cependant, même si c’est agréable à lire, j’ai trouvé que c’était « trop facile » ! On m’avait vanté ce livre alors j’en attendais beaucoup plus. Au début, j’appréciais parce qu’il y avait de l’humour, quelques blagues, du genre « le gardien de la paix Demarbre avait toujours un peu de mal à le rester, de marbre » et les innombrables jeux de mots autour du nom imprononçable du fakir « attache-ta-charrue ou je-chante-dans-la-rue ou… » Les problèmes actuels sont évoqués (immigrés, clandestins…) mais il aurait peut-être fallu un peu plus de profondeur… désolée mais celui-ci je ne le conseillerai pas.

123

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885