Archive | FILM Flux RSS de cette section

27 janvier 2016 2 Commentaires

Crazy Amy

Crazy Amy, Affiche

SYNOPSIS

« La monogamie, ce n’est pas réaliste » dixit le père d’Amy, quand il a annoncé son divorce à ses filles. Devenue adulte, la jeune femme applique ce principe à la lettre. Alors que sa soeur est « très mariée », elle collectionne les amants d’un soir et met un point d’honneur à ne pas les laisser dormir chez elle. Journaliste dans un magazine, elle, qui déteste le sport, est chargée d’interviewer Aaron Conners, un célèbre médecin qui s’occupe entre autres de stars de na NBA. Contre toute attente , elle tombe sous son charme et commence à remettre en cause le concept paternel. Il faut d’ailleurs qu’elle s’occupe de son père, gravement malade…

Titre original Trainwreck
Récompenses 5 nominations

Une rencontre

Judd Apatow a contacté Amy Schumer après avoir vu son interview au « Howard Stern show ». Le réalisateur a été surpris par sa façon drôle et sincère de parler de sujets sérieux comme sa sexualité, ses relations amoureuses et la maladie de son père (sclérose en plaques). « Elle était tordante mais également très candide en termes de relations humaines et amoureuses », se rappelle Apatow, en poursuivant : « J’ai tout de suite pensé qu’elle pourrait être très bonne dans un film qui raconterait son histoire. Amy est franche et vulnérable, des qualités qui contribuent au style d’humour que je préfère ». Le cinéaste lui proposa donc un rendez-vous que l’actrice accepta sans hésiter.
Voilà un film du genre comédie romantique qui vous permet de passer une agréable soirée. J’ai ri à de nombreuses reprises ce qui est révélateur pour moi : il ne s’agit pas d’un film « lourd », pas de gag impossible, ni de dialogue surfait. Bien au contraire les dialogues permettent finalement de dire beaucoup de choses même si elles ne sont que suggérées.  Les acteurs sont vraiment bons. Amy est super sexy malgré la maladresse dont le personnage fait part durant le film. Bref, une histoire d’amour à voir mais dans les bras de son amoureux, c’est mieux ! Une histoire qui encourage le dialogue quand  entre elle et lui c’est tendu….bien vu !
16 décembre 2015 1 Commentaire

LOVE.

104793.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie 15 juillet 2015 (2h20min)
Réalisé par Gaspar Noé
Avec Karl GlusmanAomi MuyockKlara Kristin plus
Genre Erotique , Drame
Nationalité Français , belge

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 18 ans

Ce film est présenté en séance de minuit au Festival de Cannes 2015.

Un 1er janvier au matin, le téléphone sonne. Murphy, 25 ans, se réveille entouré de sa jeune femme et de son enfant de deux ans. Il écoute son répondeur. Sur le message, la mère d’Electra lui demande, très inquiète, s’il n’a pas eu de nouvelle de sa fille disparue depuis longtemps. Elle craint qu’il lui soit arrivé un accident grave.
Au cours d’une longue journée pluvieuse, Murphy va se retrouver seul dans son appartement à se remémorer sa plus grande histoire d’amour, deux ans avec Electra. Une passion contenant toutes sortes de promesses, de jeux, d’excès et d’erreurs…

L’annonce de la présentation de Love en sélection officielle à Cannes a suscité un mélange d’excitation et d’hostilité. Il faut dire que le réalisateur est un habitué des polémiques cannoises. La présentation d’Irréversible en 2002 avait provoqué l’indignation pour sa scène de viol interminable et sa violence extrême. Plus récemment, Enter the Void présenté également au célèbre Festival avait aussi fait souffler un vent de scandale sur la croisette en raison des scènes de prises de drogues et de sexe.

Le film a cette particularité que les scènes de sexe que l’on y trouve n’ont pas été simulées. Un choix qui a d’abord dérouté l’acteur principal, Karl Glusman. Tourner des scènes de sexe non simulées n’est pas une première et parmi les célèbres films ayant choisi ce type de procédé, citons L’inconnu du Lac de Alain Guiraudie en 2013.

Lors de la conférence de presse cannoise de son film, Gaspar Noé a déclaré que le script de Love ne dépassait pas sept pages, ce qui est assez singulier sachant que le film dure plus de deux heures.

Avec Love, Gaspar Noé s’est défendu de vouloir faire de la provocation gratuite. Au contraire, le postulat du cinéaste était assez clair puisque ce dernier voulait faire un mélodrame contemporain à travers l’histoire de ce triangle amoureux entre ces jeunes gens.

Voilà, je l’ai vu !

Au départ, je peinais  à rentrer dans l’histoire mais je me suis laissée bercer. Aucun voyeurisme, aucune raison de crier au scandale !  Bien au contraire, on filme ici  avec réalisme l’amour dans son plus simple appareil. Rien de sale ou de dégradant, aucune perversion. J’avais un peu peur au départ et je suis ravie de ce parti pris. On sent le drame arriver au fur et à mesure que l’histoire progresse entre ces 2 êtres.  Le pouvoir et la jalousie les poussant à explorer toujours plus (drogue, échangisme…)  auront raison de cette union. Une histoire qui donne aussi à réfléchir sur la façon de vivre son couple..

Un grand Amour tout simple…c’est tellement bien finalement !

16 décembre 2015 0 Commentaire

Ricki and the flash

040687.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie 2 septembre 2015 (1h42min)
Réalisé par Jonathan Demme
Avec Meryl StreepKevin KlineMamie Gummer plus
Genre Comédie dramatique
Nationalité Américain

Synopsis et détails

Pour accomplir son rêve et devenir une rock star, Ricki Rendazzo a sacrifié beaucoup de choses et commis bien des erreurs… Dans l’espoir de se racheter et de remettre de l’ordre dans sa vie, elle revient auprès des siens.

Meryl Streep est habituée aux films qui placent la musique au centre de leurs intrigues. La comédienne a ainsi chanté dans The Last ShowMamma Mia ! et Into the Woods, Promenons-nous dans les bois. Pour les besoins du film deJonathan Demme, elle a dû apprendre à jouer de la guitare durant plusieurs mois : « J’ai commencé par apprendre la guitare acoustique avec un professeur à New York, puis un mois plus tard, je suis passée à la guitare électrique. J’ai ensuite travaillé presque quotidiennement avec Neil Citron, qui est un prof de guitare génial. Il m’a mis une Telecaster entre les mains et m’a appris les petits trucs des rockeurs, comme faire des accords barrés, enchaîner rapidement les accords, ce genre de choses », se souvient-elle.

icki and the Flash marque une nouvelle collaboration entre Meryl Streep et Kevin Kline, la comédienne et le comédien ayant par le passé déjà partagé l’affiche du Choix de Sophie et The Last Show qui parle aussi de musique.

Rick Springfield, qui incarne le petit ami de Ricki, est un musicien confirmé à la carrière impressionnante, puisqu’on lui doit plusieurs tubes des années 1980 dont le titre culte « Jessie’s Girl » que l’on peut entendre dans Boogie Nights.

Je suis rentrée  à petits pas dans ce film pour finalement le trouver très agréable. Un vrai sujet. On  aborde la parité, les passions, les rencontres, les choix que l’on est amené  à faire malgré soi parfois….la vie avec ses joies et ses peines… un sujet grave lorsque l’on choisit de suivre ses envies et de laisser les siens sur le bord de la route mais un sujet actuel traité sans mièvrerie. J’ai aimé comme toujours l’implication de Meryl Streep : 21 PRIX 57 NOMINATIONS, 77 FILMS, 37 ans de carrière, .si, si !. Elle est tout à fait crédible en rockeuse cinquantenaire.

Juste pour le plaisir….quelques affiches

002645.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   041661.jpg-c_120_160_x-b_1_CCCCCC-f_jpg-q_x-xxyxx   168977.jpg-c_120_160_x-b_1_CCCCCC-f_jpg-q_x-xxyxx   335126.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   356324.jpg-c_120_160_x-b_1_CCCCCC-f_jpg-q_x-xxyxx   465226.jpg-c_120_160_x-b_1_CCCCCC-f_jpg-q_x-xxyxx   483237.jpg-c_120_160_x-b_1_CCCCCC-f_jpg-q_x-xxyxx   18658364.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   18668315.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   18814887.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   18965700.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19049676.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19049754.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19151171.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19209122.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19255615.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   19864472.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   20515167.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx   affiche.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx (1)   affiche.jpg-r_120_160-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-xxyxx

29 novembre 2015 0 Commentaire

Nous trois ou rien – allociné -

328187.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie 4 novembre 2015 (1h42min)
Réalisé par Kheiron
Avec KheironLeïla BekhtiGérard Darmon plus
Genre Comédie dramatique
Nationalité Français
Presse   3,7 23 critiques
Spectateurs   4,4 pour 1 901 notes dont 342 critique

Synopsis et détails

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Une histoire personnelle

Déclaration d’amour à ses parents et leur parcours, Kheiron a voulu raconter depuis longtemps cette histoire personnelle parce qu’il pense qu’elle peut inspirer d’autres personnes. Il explique comment il en est venu à se lancer dans l’aventure d’un long métrage : « Je suis un passionné d’écriture depuis toujours. J’ai commencé vers 12 ans, d’abord par le biais du rap et la poésie. Puis, grâce au Studiothéâtre de Stains, j’ai pu pratiquer l’impro qui m’a amené petit à petit vers le stand up. Et ces diverses expériences m’ont permis d’avoir à ma disposition des types de supports très différents pour les histoires que j’ai envie de raconter. Ainsi, par exemple, dans mon one man show, je n’ai jamais évoqué ma famille car je considérais ce sujet trop complexe pour le traiter sous cette forme. Mais j’ai toujours eu en tête que, si on m’offrait un jour l’occasion de faire du cinéma, ce récit familial constituerait la matière idéale pour un film. »

Nous trois ou rien rend compte d’une histoire tragique, mais avec une bonne dose d’humour, comme en témoignent les propos de Leïla Bekhti : « Les parents de Kheiron ne pouvaient être spectateurs de ce qui leur arrivait puisqu’ils étaient les acteurs de cette histoire. Sa maman me l’a d’ailleurs parfaitement résumé un jour en une phrase : « comment aurait-on pu survivre sans pouvoir rire de certaines situations ? » »

 

Un film à voir et par tous. Il y avait eu la journée de la jupe, il y a maintenant également nous trois ou rien. Des thèmes sensibles et plus que jamais d’actualité. J’ai entendu des spectateurs dirent que certaines scènes comme en banlieue avaient été idéalisées..moi, je ne le pense pas. On peut montrer du beau et de l’espoir. Pourquoi toujours filmer le côté noir. Ici les sujets graves sont traités avec une pointe d’humour  (le shah d’Iran)  et alors ?  Cela permet de dire parfois les choses…

à voir

23 juin 2015 3 Commentaires

Jurassic World

422000.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie 10 juin 2015 (2h5min)
Réalisé par Colin Trevorrow
Avec Chris PrattBryce Dallas HowardNick Robinson plus
Genre Aventure , Action , Science fiction
Nationalité Américain
Presse   2,9 28 critiques
Spectateurs   3,9 pour 6 098 notes dont 956 critiques

 

Synopsis et détails

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs  L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.
Quelques anecdotes :
Alors que le film en était aux premiers stades de son développement, Harrison Ford fut envisagé pour tenir le rôle principal mais pour diverses raisons incluant la piètre qualité d’Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, il décida de refuser le projet
  • Jurassic World : les secrets de tournage

Nouveau titre
Secret de tournage sur Jurassic World

Initialement, le film devait s’intituler « Jurassic Park: Extinction ».

Alors que le film en était aux premiers stades de son développement, Harrison Ford fut envisagé pour tenir le rôle principal mais pour diverses raisons incluant la piètre qualité d’Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, il décida de refuser le projet.
Hommage
Selon Colin Trevorrow, le film montrera une statue du personnage de John Hammond, le fondateur de la société InGen génétique et de Jurassic Park. C’est une manière d’honorer spécifiquement Sir Richard Attenborough qui a joué dans Jurassic Park et Le Monde Perdu : Jurassic Park. Par le passé, Attenborough avait évoqué l’idée de faire une autre apparition dans la franchise, mais sa santé l’en a empêché. Il est décédé le 24 août 2014 : « Lorsqu’on pénètre dans le centre d’accueil, on le voit à l’autre bout de la rotonde, le regard plein d’espoir tourné vers le futur. Si on regarde attentivement, on s’aperçoit que sa cane contient un morceau d’ambre renfermant un moustique. Nous tenions à ce que les gens se souviennent de John Hammond, sans qui Jurassic World n’aurait jamais vu le jour », raconte le chef décorateur.
Lieux de tournage
Le film a été tourné principalement à Baton rouge, la Nouvelle-Orléans et à San Diego aux Etats-Unis mais également à Hawaii, sur l’île d’Oahu, au zoo d’Honolulu. Le producteur Patrick Crowley raconte : « Nous avions besoin d’un cadre luxuriant pour tourner les scènes qui se déroulent dans la jungle, et tous les films de la franchise ont été tournés à Hawaï. De plus, nous souhaitions emmener le public dans des lieux où il ne peut pas vraiment se rendre seul, et il y a des endroits tellement denses et coupés du monde à Hawaï qu’on se croirait dans le royaume de Tarzan ! »
C’est le premier film Jurassic Park à ne pas utiliser de dinosaures animatroniques créés par Stan Winston puisque celui-ci est mort en 2008. Ils ont donc été réalisés par ordinateur et plus particulièrement par le studio Legacy Effetcs, une société regroupant d’anciens collègues de Winston.
Quel rôle pour Omar ?
Quid de notre Omar Sy national ? Beaucoup ont été surpris de le voir figurer au casting d’un des blockbusters les plus attendus de l’année 2015, et redoutaient qu’il hérite d’un rôle secondaire à la X-men: Days of Future Past. Selon Colin Trevorrow, la saga de Bryan Singer a « gâché son incroyable personnalité ». Pour rassurer les fans, le metteur en scène a précisé avoir écrit le rôle spécialement pour Omar, assurant de son importance pour l’intrigue. Pour l’heure, nous savons que c’est un dresseur de raptor, à l’instar de Chris Pratt.

Le budget du film est estimé à 150 millions de dollars, ce qui est bien plus que ceux de Jurassic Park (63 millions), Le monde perdu : Jurassic Park (75 millions) et Jurassic Park III (93 millions).

 

 

Voilà, j’ai passé un bon moment ! Le scénario se tient , les dialogues ne souffrent d’ aucun ridicule. On sursaute parfois. On ne fait pas  dans le pathos.  DE L’ACTION ! Et c’est bien ce que l’on attend d’un tel film. Les paysages sont magnifiques.  Et on attend une suite bien évidemment.   A voir si vous aimé le genre !

Vais-je trouver le sommeil, poursuivie par les raptors????? là est toute la question !

 

 

 

12345...18

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885