Archive | octobre 2019

31 octobre 2019 0 Commentaire

ressentir

 

bouche-sensuelle

Ressentir ton corps  et faire en sorte que tous mes sens soient en éveil.

Sentir sous les caresses données  combien ta peau est douce  à souhait,

Te goûter et savourer  le sel qui pigmente nos vies aromatisées.

Respirer et savoir quand tu approches, me délecter de ton parfum comme de ta fraîcheur.

Mes yeux qui te dévorent encore et encore te murmurent combien avec toi c’est ailleurs.

Un endroit où tout fleure  bon le bonheur, l’envie et le meilleur.

Au creux de ton épaule, je m’endors sereine,

Dans ton cou je dépose des bisous qui s’enchaînent.

Sur ton corps je dessine des nuits câlines,

De ton squelette, mon doigt suit toutes les lignes,

Les creux, les bosses, c’est son histoire.

Aujourd’hui tout me revient en mémoire.

Mes ailes de papillon  caressent avec délicatesse tes yeux endormis,

Non, tu ne rêves pas, j’aimerais rester là pour la vie.

 

 

31 octobre 2019 0 Commentaire

Le manque

 

plus-beaux-tableaux-amour-magritte

Elle lui manque tellement.

Chaque jour, chaque nuit, le temps s’évertue à rallonger les heures qui fuient.

Elles s’étirent tant et tant, à ne jamais finir, aussi longtemps que passe sa vie.

Elle lui manque tellement,

Qu’il repasse en boucle tous ses souvenirs de peur de les oublier.

Il ne faut pas qu’ils se fanent, il ne veut rien froisser.

Elle lui manque tellement,

Qu’il continue à dresser la table pour deux.

A servir des louches d’Amour  et des baisers radieux.

Elle lui manque tellement,

Qu’il ne s’arrête plus devant le miroir devenu alouettes,

Même si sa présence toujours il guette.

Elle lui manque tellement,

Qu’il passe son temps à pianoter les chansons qu’ils aimaient tant.

Douces mélancolies qui les accompagnaient au fil du vent.

Elle lui manque tellement.

Tout ici lui rappelle leurs serments ivres de « je t’aime » lancés avec largesse.

Même là-bas,  il n’est d’ailleurs que dans ses bras de tigresse.

Elle lui manque tellement,

Qu’il tourne en rond sans jamais retrouver le chemin,

Des pensées positives au milieu du rire des étoiles et des sabots d’airain.

Elle lui manque tellement,

Qu’il voit son fantôme au travers des murs, même les plus épais,

La douleur de l’Amour est indélébile, sur sa peau tatouée.

6 octobre 2019 0 Commentaire

Le coeur

Et il a le coeur vide, l’espoir a fichu le camp d’avoir attendu trop longtemps.

L’état d’urgence que procure le sentiment d’amour a sonné le glas.

Aucune impression de se sentir vivant, pire, une immense solitude l’accable.

Plus de partage,  ses sens fuient, les larmes perlent et le souffle lui manque.

Les petits gestes disparaissent, le lit ne sert qu’à dormir et la douceur du regard se perd dans le noir absolu.

Il n’est plus pressé de la retrouver le weekend et  ne peste plus quand la voiture se traîne.

Il veut vibrer, être bousculé, s’émouvoir, rire,hurler,murmurer et même susurrer .

Un regain de liberté fait surface et lui tend la main, lui promettant de meilleurs lendemains.

Mais son cœur saigne des sentiments toujours ardents, envers l’autre qu’il aimait follement.

Ange ou démon ? Qui faut-il croire, vers qui ou vers quoi aller ?

Briser ses chaines ou se battre pour elle ?

Vivre seul plutôt que mal accompagné ?

Quand il y a de l’amour, c’est difficile de prendre une décision en étant certain que ce sera la bonne.

Bertrand sait combien l’après échec, il est difficile de se relever et de croire à nouveau…

Le bonheur a un prix  et voler au dessus des nuages est si beau !

Viser les étoiles et tout faire pour les atteindre est le but ultime.

S’il te plait, dessine-moi un mouton…

 

 

 

 

2 octobre 2019 0 Commentaire

Voyage intérieur

2fc9d51cadbd372ff3dc361728084869

image : Sleeplesssmiles

Dans son monde, Luc part sans se retourner  car il sait déjà combien  le voyage sera long.

Il apprend à se connaître, doucement, autrement qu’à travers un miroir.

Du bout des doigts, l’homme caresse sa peau et les frissons qu’il ressent l’émoustillent.

Il croit capter l’instant et respirer la vie, alors il regarde avec son cœur transpirant de sincérité.

Son squelette a peur, c’est évident, mais il avance contre le temps, contre les préjugés, innocemment.

Personne n’a jamais dit que ce serait facile, mais son courage l’accompagne, l’aidant  à franchir le glas.

L’échec est parfois un passage obligé, l’Amour un absent idéalisé, la volonté un quotidien nécessaire.

Si les livres racontent de belles histoires, elles ne font pas la réalité, seulement des images qu’il aime regarder.

Pour ne plus tomber, Luc se recroqueville et s’accroche aux petits riens plein d’épines qui parfois font et défont sa vie.

Il se parle, se sourit, se fait rire parfois, mais tout  a le goût  de l’ennui.

C’est amer et sans saveur, où sont le miel et l’envie, le désir et la folie ?

Être seul, ce n’est pas vivre; c’est illusoire et pathétique.

Luc perd toute notion du temps, des événements, de la beauté des choses.

Alors, dans ce monde, il part sans se retourner , il sait maintenant combien le voyage sera bon.

 

 

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885