Archive | mars 2015

11 mars 2015 7 Commentaires

Va où le vent te mène

Mon second roman sortira le 25 Avril.

Je  révélerai la couverture  ce jour-là !

Comme le premier (Entre ciel et terre), les bénéfices iront  à la recherche contre le cancer.

SI vous souhaitez participer et commander ce livre, n’hésitez pas  à m’envoyer un MP.

Sinopsis :

L’air est si doux ce soir. Une brise légère frôle la cime des arbres. Dans le cœur de Louise une envie, comme un sentiment d’amour ou plutôt d’appartenance.

Assise sur un banc, seule, elle l’attend. Il devrait être là. Déjà quinze minutes de retard, lui d’ordinaire si ponctuel, ne viendra pas.

Déterminée Louise ne va pas l’accepter.

 

Une histoire pleine de romantisme non dénuée d’un réel suspens, car la vie nous réserve parfois des vérités insoupçonnées qui viennent bouleverser notre quotidien et nous entraînent dans un tourbillon d’incertitudes…..

 

1 mars 2015 2 Commentaires

Pas son genre

479126.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Date de sortie 30 avril 2014 (1h51min)
Réalisé par Lucas Belvaux
Avec Emilie DequenneLoïc CorberySandra Nkake plus
Genre Comédie , Romance
Nationalité Français
Presse   3,5 26 critiques
Spectateurs   3,5 pour 1 581 notes dont 311 critiques

Synopsis et détails

Clément, jeune professeur de philosophie parisien est affecté à Arras pour un an. Loin de Paris et ses lumières, Clément ne sait pas à quoi occuper son temps libre. C’est alors qu’il rencontre Jennifer, jolie coiffeuse, qui devient sa maîtresse. Si la vie de Clément est régie par Kant ou Proust, celle de Jennifer est rythmée par la lecture de romans populaires, de magazines « people » et de soirées karaoké avec ses copines. Cœurs et corps sont libres pour vivre le plus beau des amours mais cela suffira-t-il à renverser les barrières culturelles et sociales ?

 

Pas son genre est une adaptation du roman éponyme de l’écrivain français Philippe Vilain, publié en 2011 chez Grasset. Lucas Belvaux a eu vent de ce livre en écoutant la chronique de la militante féministe et femme politique Clémentine Autain à la radio. Quelques heures après, le réalisateur avait le livre en main.

C’est à Arras que Lucas Belvaux a posé sa caméra. « Les carnavals, les fanfares, la bière, les frites, la convivialité (…) », originaire de Belgique, le cinéaste connaît parfaitement ces codes culturels. « Je n’ai pas eu à tricher, c’était dans le livre ! Les deux grandes places d’Arras m’apparaissent comme des décors de théâtre, des toiles peintes », confie ce dernier qui s’est senti comme à la maison dans cette ville du Pas-de-Calais.

L’actrice belge Emilie Dequenne, qui joue Jennifer, une coiffeuse d’Arras, a justement changé de couleur de cheveux pour les besoins de son personnage. En effet, le réalisateur Lucas Belvaux l’a fait teindre en blonde après avoir vu une photo d’elle au Festival de Cannes. Avec ces cheveux blonds, l’actrice ressemble d’avantage à  » l’image fabriquée » que constitue son personnage de fausse blonde naïve et prête à tout pour plaire : « Pour Jennifer, « les hommes préfèrent les blondes », forcément. Et puis ça illumine son visage. Ça fait partie de sa volonté d’être toujours « au top », de son refus absolu de se laisser aller, d’abandonner, de renoncer. »

C’est la première fois que l’actrice belge Emilie Dequenne joue un personnage aussi proche d’elle : « C’est une fille optimiste, une fille qui va de l’avant, une fille moderne, indépendante. En un mot : vivante ! Enfin une fille sans problème ! » Son rôle d’une coiffeuse d’Arras pleine de candeur est l’opposé du personnage de Muriel qu’elle incarnait dans A perdre la raison de Joachim Lafosse : « Autant l’une était sombre, perdue dans la noirceur, autant Jennifer est une incarnation de la clarté. »

 

Emilie Dequenne est formidable dans ce rôle qui lui va comme un gant. Une coiffeuse et un philosophe : un étrange mélange. Une histoire d’amour  à laquelle on voudrait croire mais qui petit  à petit montre combien  les différences et l’implication de chacun  peuvent créer un malaise parfois même une rupture. On philosophe avec légèreté tout en amenant des sujets existentiels sur lesquels vous et moi nous interrogeons souvent… j’aime les films qui vous amènent  à réfléchir même après le mot FIN.

à voir

1 mars 2015 0 Commentaire

Marina

21048665_20131011110443307.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie inconnue (1h58min)
Réalisé par Stijn Coninx
Avec Matteo SimoniLuigi Lo CascioDonatella Finocchiaro plus
Genre Biopic , Drame
Nationalité Belge , italien
Spectateurs   

Un film inspiré de la jeunesse de Rocco Granata. Emigré, fils de mineur voué  à l’être aussi. Mais c’était sans compter sur sa force de caractère et sa passion pour la musique et plus particulièrement l’accordéon.

né à Figline Vegliaturo le 16 août 1938, c’est un chanteur-compositeur italien, également producteur de musique. Sa voix rauque lui est caractéristique.

J’ai aimé l’atmosphère. Celle de l’époque de mes grands-parents (je suis originaire du nord) : le travail à la mine,  la main d’oeuvre étrangère et déjà le manque d’intégration… Les décors, les costumes…un film très abouti. J’ai passé un excellent moment. les acteurs y sont pour beaucoup également.

à voir.

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885