Archive | avril 2013

30 avril 2013 5 Commentaires

Elle.

Elle. dans textes courts aglaee-maitre-etrange-t2-vengeance-singe-blanc-li-an-ex-libr-bederama

Elle fait le point sur sa vie. Elle n’a pas un demi siècle mais les soupirs l’assaillent trop souvent.

Est-ce qu’au bout du compte elle a accompli ce qui lui tenait à coeur? Pourquoi toutes ces questions au sujet du bonheur?

Des malheurs, elle en a connu beaucoup. Des parents disparus trop tôt, l’orphelinat, une famille, puis deux, puis trois…

Pas d’amour avec tellement de chocolat autour…du sucre, du glucose…de la guimauve, ces douceurs tant appréciées des enfants…de tout cela on ne l’a pas comblée.

Alors, de rage, elle s’est fermée au monde et, elle est restée dans sa bulle jusqu’à ce que son corps de femme attire les hommes.

Ils lui ont tendu la main. C’était toujours le même refrain. Ils lui ont donné de l’amour, des caresses, un peu de tendresse…mais son coeur ne s’est jamais ouvert pour autant. Il était sec, et désertique depuis bien trop longtemps.

Ils lui ont offert des bijoux, des voyages et encore des bijoux. Certains ont déposé leur coeur à ses pieds mais, elle les a toujours repoussés.  Quelque chose en elle était mort né. Pas d’émotion, jamais de frisson. Une larme parfois mais une larme de désespoir, comme un cri silencieux qui vous déchire les entrailles et que vous êtes seule  à percevoir.

Il y avait la Lili de tous les jours, celle qui voulait paraître, qui voulait se sentir désirée, belle, attirante…Il lui semblait alors que son coeur  battait…Rien de violent. Juste un petit tam-tam qui signifiait, je suis vivant.  Elle souriait, se pomponnait afin de pouvoir jouer un rôle : LE RÔLE!  Et, le personnage qu’elle interprétait alors n’était pas très compliqué. Il s’agissait de donner le change, de faire semblant, de rire, de parler, de participer au milieu de la foule. Pour l’aider, un peu d’alcool, un peu de fumette…des médicaments parfois…De l’illusion tout le temps. Elle faisait trop de bruit, parlait trop et trop fort…Elle voulait que les hommes la courtisent, l’entourent, la complimentent. Et, tout cela était facile puisque Lili était une très belle plante…

Mais, les femmes, comme les fleurs se fanent  et les hommes se lassent.

Lili est retournée dans sa bulle et cette fois-ci, a fermé la porte  à clé. Au fil des jours, elle s’est créé un monde dans lequel elle est maintenant cloîtrée. Les médecins ne peuvent rien pour elle puisque c’est bien son esprit qui refuse la réalité. De sa double personnalité, c’est bien le côté sombre qui a gagné.

Parfois, on l’entend chanter…

« Ne me quitte pas…. »

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

30 avril 2013 1 Commentaire

QUI suis-je?

George Sand Portraits de gens célèbres par Felix Nadar  photo photographie histoire bonus

réponse :  dnas egroeg    1864

Sarah Bernhardt Portraits de gens célèbres par Felix Nadar  photo photographie histoire bonus

Réponse :  1865  haras tdrahnreb

 

24 avril 2013 9 Commentaires

PAUSE!

Un, deux, trois, quatre, pouce!

Je vous quitte quelques jours…

Bonne fin de semaine,

à bientôt,

Charlotte

PAUSE! dans divers images1135318157345-150x150 dans divers

24 avril 2013 2 Commentaires

Lisette,

Lisette, dans textes courts 159

Tu as quitté tes chaussures, et pieds nus tu as marché droit devant.

Tu leur as lancé au visage que tout cela n’était pas pour toi .

Ils ont bien ri mais t’ont laissée passer devant.

Enfin,  ils t’ont maudite car c’était la première fois.

Personne n’avait jamais osé leur tenir tête.

Aucun de ceux-là n’avait bravé leurs lois.

Et tu l’as fait, toi, Lisette, tu voulais sauver ton âme.

Tu as laissé glisser ta robe sur tes hanches et tu as continué à avancer,

Tu étais nue, toute nue, de la tête aux pieds.

Ils  n’ont jamais compris et ne comprendront jamais.

Quand on est libre peu importe l’apparence.

C’est au dedans que tout se passe.

Le reste n’a aucune importance.

Il y a un déclic, puis un compte à rebours,

Et alors, plus rien ne peut nous retenir.

Il t’a fallu du courage pour dire adieu à tout ce luxe,

Mais la cage était bien trop petite.

A l’instant même où tu as regardé au dehors,

Tu as compris que tout cela n’était que du vent.

Là, où ils accrochaient des sourires, il n’y avait que du mépris.

Tout était si intensément intentionnel, tout enrobé de miel…

Tu as alors  fait un choix, celui d’être libre.

Libre d’agir, de penser, de parler, de rêver, d’aimer…

C’est un petit bonheur tout neuf qui est venu à toi,

Tu lui as pris la main et tu as crié :”c’est pour moi !”

Tu as claqué la porte et toute légère tu es partie.

 

Alors Lisette, quand je doute, je pense à toi.

Je regarde autour de moi et les gens que je vois,

Sont mes copains, ma famille, mes amis…

Des gens que j’aime et qui m’aiment.

Et là Lisette, je sais que je n’ai pas fait fausse route.

Même si tu as disparu, je marche encore à tes côtés.

C’est ma façon à moi de te dire que je ne t’ai pas trahie.

Je ne pense pas te revoir un jour,

Tu as fait un trait sur le monde d’autrefois,

Mais, j’aime à penser que tu ne m’as pas oubliée.

23 avril 2013 2 Commentaires

WILLY RONIS (1910-2009)

Le nu provencal…

WILLY RONIS (1910-2009)  dans divers wr18-145716_xl

J’ai découvert ce photographe Chez Quintessence! 

Suis allée voir ses oeuvres…Voici celle que je préfère… Merci.

12345...9

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885