3 mars 2013 1 Commentaire

Jean Cocteau, poète

Jean Cocteau, poète dans divers cocteau

Il est des cris plaintifs qui se tordent les bras,
Mordus entre les dents, avortés sur les lèvres,
Des fards astucieux masquant l’ardeur des fièvres,
Et des corps moribonds sous la fraîcheur des draps.

La douleur nous fait honte en nous prenant pour cible.
Cherchons le mot qui trompe et le regard qui ment !
Le sanglot doit se perdre en un ricanement,
Et le cerveau bondir sous un flot impassible…

Combien rencontrons-nous de chaos inconnus,
Pantins qui crisperaient, enfin réels et nus,
Leurs traits démaquillés à la clarté des lampes !

Ignorons-nous assez les larmes et le sang !…
Et près des volets clos qu’on regarde en passant,
L’anneau froid des canons appuyés sur les tempes !

In Œuvres poétiques complètes, © Pléiade-Gallimard,2005, p. 1302/1303

« Je suis, sans doute, le poète le plus inconnu et le plus célèbre », écrit le poète dans le Journal d’un inconnu.

Cocteau, romancier, dramaturge, cinéaste, dessinateur se voulait, avant tout, poète.

Son œuvre poétique est  imposante puisqu’elle comporte environ mille cinq cents pages dans le tome de la Pléiade qui lui est consacré.

Une réponse à “Jean Cocteau, poète”

  1. Marie Louve 5 mars 2013 à 15 h 54 min #

    Je le relirais cent fois qu’il me raconte encore si vrai…


Laisser un commentaire

Haiyang |
lescontesdethalia |
Kittykitkat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les meilleures sélections d...
| Quejelaime
| Serge1885